SOS Saint Joseph

SOS Saint Joseph

CHAPELLES VIVANTES et PETITS FOYERS de LUMIERE - FEVRIER 2022

Dans nos prières, nous oublions souvent d’invoquer tous les Saints et Saintes qui nous ont précédés. Ils sont nos frères et sœurs en Christ et combien puissants, par leur couronne reçue au terme de leur existence terrestre, pour intercéder pour nous…

            Observons, par exemple, l’histoire de Lourdes depuis les apparitions de l’Immaculée Conception à Sainte Bernadette. De combien de grâces le Ciel n’a-t-il pas déversé sur les foules de pèlerins venues prier sur ce lieu ! Des guérisons, des conversions, des encouragements, la paix retrouvée, le ressenti d’un amour divin au-dessus des hommes… la liste serait longue car elle demeure secrète pour beaucoup de pèlerins qui la gardent dans leur cœur…

 

             A l’origine de tous ces cadeaux du Ciel, une simple petite bergère, Bernadette Soubirous, mais dont l’âme s’était tellement élevée par ses offrandes et sa vie de douleur permanente, que les fruits et les bénédictions continuent d’offrir aux pèlerins d’aujourd’hui multiples grâces !

 

            Pour ce mois de février, nous allons lui rendre grâce pour tout ce qu’elle a permis en ne s’attachant qu’à la Croix de Jésus-Christ… Elle, qui, pour la France, faisait chaque jour à Nevers, un chemin de Croix, confions-lui notre patrie et tous les maux qui l’assaillent aujourd’hui. Elle nous répondra : « C’est le péché qui nous attire tous ces châtiments… Ô mon Dieu, pardonnez-nous et faites-nous miséricorde ».

 

            Rien n’est hasard : si nous voulons que la France se relève, cela passera par nos propres efforts de grandir spirituellement.

 

            Ce vœu n’est pas simple à réaliser, il exige de se regarder intérieurement et pour cela, de demander chaque jour dans la prière au Seigneur de nous ouvrir les yeux sur ce que l’on ne perçoit plus en nous-même, afin de vivre une vraie contrition de nos fautes. Il suppose alors de réviser sa vie afin, par une prière plus pressante au quotidien, d’être bien relié au Ciel, avec Jésus et Marie, les Saints et les Anges, pour être guidé chaque jour sur ce que la Volonté Divine nous demande… Si nous sommes nombreux à désirer « ce virage » - qui peut être douloureux mais tellement porteur de fruits – alors oui, nous pourrons dire que la France va se relever !

 

            Venons donc nous inspirer d’ « une perle précieuse » qu’est Sainte Bernadette pour grimper sur ce chemin qui, à première vue, semble aride et difficile. Elle est un magnifique exemple de ce qu’il est possible dans une vie ordinaire toute donnée à Dieu.

 

         Bernadette, dont la vie fut en somme une perpétuelle souffrance physique, passa les deux dernières années de sa vie dans le silence et le recueillement d’une cellule d’infirmerie. « Bientôt, nous dit une religieuse, aux crises d’asthme, aux vomissements de sang, à l’oppression de la poitrine, se joignirent des douleurs intolérables causées par un abcès qui se forma au genou droit. » C’était pendant l’hiver de 1877. Les témoins de ses souffrances disaient : « On ne peut souffrir ni plus, ni mieux. »

 

         Au cours d’une accalmie, le 22 septembre 1878, elle prononça ses vœux perpétuels. « Je me suis crue au Ciel » dit-elle à ce propos. Elle pût même quitter l’infirmerie, mais le 11 décembre elle y remonta pour ne plus redescendre. Elle connut alors l’abandon de Dieu et la sécheresse spirituelle ; mais, soumise toujours elle s’écriait : « Non, non, pas de consolations ; seulement la force et la patience ! »

 

 

Vivons en enfant de lumière

 

 

L’heure est venue de l’exode nouveau !

Voici le temps de renaître d’en haut !

Quarante jours avant la Pâque,

Vous commencez l’ultime étape.

  

Vivons en enfant de lumière

Sur les chemins où l’Esprit nous conduit :

Que vive en nous le nom du Père !

 

L’heure est venue de sortir du sommeil !

Voici le temps de l’appel au désert !

Allez où va le Fils de l’homme.

La joie de Dieu sur Lui repose.

 

L’heure est venue de lutter dans la nuit !

Voici le temps d’affronter l’ennemi !

N’ayez pas peur face aux ténèbres.

A l’horizon la croix se dresse.

 

L’heure est venue de grandir dans la foi !

Voici le temps de la faim, de la soif !

Gardez confiance, ouvrez le livre.

Voici le pain, voici l’eau vive !

 

 

 Ste  Bernadette.jpg

 

 

Sainte Bernadette

(7janvier 1844 – 16 Avril 1879)

 

 

Chapelet à Notre-Dame avec Sainte Bernadette

 

Mystères douloureux

 

1 « Je crois en Dieu » 1 « Notre Père », 3 « Je vous salue Marie » 1 « Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit, comme Il était au commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles, Amen ».

Ô mon Jésus, pardonnez-nous tous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Premier Mystère Douloureux : l’Agonie de Jésus à Gethsémani

 

« Etant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang qui tombaient à terre». (Luc 22-44)

 

            Dans le jardin de Gethsémani, le Christ a vécu en essence, par avance, tout le drame, toutes les misères, toute la douleur de l’église et de la race humaine à laquelle il s’était uni par amour, à travers les Apôtres et l’institution du Sacrement. Il a subi sur la Croix toutes les douleurs qu’il avait vécues à Gethsémani et auxquelles il était lié par amour depuis la Cène.             Ainsi le grand sacrifice du Christ est de se lier à nous. « A ce moment-là, le Christ se tient dans le lieu de toutes les tentations de l’humanité et face à tous les péchés de l’humanité pour dire au Père : « Que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse, mais la tienne ! » Son « OUI » efface le « NON » de nos premiers parents au jardin d’Eden ». (Saint Jean-Paul II)

 

Bribes de vie de Sainte Bernadette [1]

 

Esprit d’apostolat de Sainte Bernadette

 

                        Bernadette était une âme délicate, capable de comprendre et de sentir. Dans son couvent de Saint-Gildard à Nevers, elle ne se désintéressait pas du sort de la France, sa patrie. Esprit apostolique, elle souhaitait que la France, son pays, revint à des sentiments plus chrétiens, et à cette intention elle priait la Sainte Vierge de toutes ses forces ; dans son zèle pour les âmes, elle offrait pour la conversion des pauvres pécheurs ses sacrifices, ses mortifications, ses souffrances. A cette intention, elle faisait tous les jours son chemin de croix, et, afin de faire bénir ses projets par le Ciel, elle avait pris la résolution héroïque de toujours choisir ce qui lui coûterait le plus : et elle en avait donné l’exemple en quittant pour tout jamais son cher Lourdes et sa grotte bénie.

 

            En 1870, elle s’apitoyait sur le sort de la France ; et lorsque des émeutes eurent ensanglanté le pays, elle en souffrit beaucoup et d’un ton angoissé, elle écrivait à sa sœur à ce propos : « C’est le péché qui nous attire tous ces châtiments… O mon Dieu, pardonnez-nous et faites-nous miséricorde. »

 

            Ainsi Bernadette sut durant toute sa vie mettre en pratique le conseil de la Sainte Vierge au cours de la dixième apparition durant laquelle elle entendit la Dame lui dire : « Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! Vous baiserez la terre pour les pécheurs ».

 

            Ô Marie, refuge des pécheurs, par l’intercession de Sainte Bernadette, touche le cœur de tous nos membres de sécurité et de défense de France, ainsi que le peuple de France afin qu’ils se réveillent et aient la grâce d’une véritable contrition de leurs péchés.

            Que les évènements douloureux que nous traversons soient porteurs en ce sens d’une prise de conscience et conduisent chacun vers un désir de vivre dans la volonté divine et non de suivre les ténèbres de ce monde.

            Que nous, veilleurs, suivions autant qu’il est possible dans nos vies, l’exemple de Sainte Bernadette qui priait de toutes ses forces pour la France.

           

1 « Notre Père »,10 « je vous salue Marie » 1 « Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme Il était au commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles, Amen ». O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen

 

Cantique de Lourdes

 

Avec insistance, la Dame, trois fois

A dit : « Pénitence ». Chrétien, c¹est pour toi !

Ave, ave, ave Maria. (bis)

 

 

Deuxième Mystère Douloureux : la Flagellation

 

Pilate, voulant satisfaire la foule, leur relâcha Barrabas et après leur avoir fait flageller Jésus, il Le leur livra pour être crucifié. (Matthieu 15, 15)

 

            L’amour veut se transmettre et être totalement reçu et quand il ne le peut, il est blessé. Le Christ a reçu sur son corps et dans son âme, et Il recevra jusqu’à la fin du monde, de la part de l’humanité, le refus de sa venue, de son amour, de son désir de la libérer.

            Le Christ s’est incarné pour accomplir le mystère de la Rédemption. Or, la Passion est l’accomplissement du Mystère de la Rédemption  parce qu’elle a permis à l’âme de l’homme, ne serait-ce que d’un seul homme, de se retourner totalement vers l’amour éternel que le Christ apporte. L’homme rejette ainsi le chemin ténébreux et il s’unit, par la Parole et les Sacrements, à l’amour du Père éternel qui nous est donné dans le Christ incarné.

 

Bribes de vie de Sainte Bernadette

 

Vie souffrante de Sainte Bernadette

            Dès l’âge de deux ans, Bernadette commença à souffrir de crises d’asthme qui l’éprouvèrent toute sa vie. Au temps où elle eut le privilège de jouir des apparitions, elle avait la douleur de subir les interrogatoires fatigants et souvent malveillants des uns et des autres, à essuyer les moqueries et parfois les menaces des autorités civiles.

            Durant les huit années qu’elle passa encore dans son pays natal après les apparitions, la souffrance ne la quitta guère. A peine entrée à l’hospice de Lourdes, auprès des religieuses qui la chérissaient, elle eût une fluxion de poitrine très grave et on l’administra. Une religieuse, sœur Victorine, qui vécut continuellement près d’elle à cette époque a écrit : « Bernadette a passé par toutes sortes de maladies et de douloureux maux de dents, rhumatismes, vomissements,  ou crachements de sang, palpitations de cœur, oppression habituelle et plusieurs fois par an des crises d’asthme si violentes qu’il fallait la porter à la croisée pour la faire respirer et elle disait dans son angoisse ‘Ouvrez-moi la poitrine !’ Elle n’était guère jamais sans quelques souffrances, mais tous ne s’en apercevaient pas ; il fallait la connaître. Elle ne se plaignait pas pour peu de chose et dans les plus violents accès, elle ne donnait pas de signe d’impatience ». Admirable manière d’imiter le Christ dans sa passion.

            Les tortures morales ne lui manquèrent pas non plus : rudesse ou sévérité de la part de celles qui étaient chargées de la diriger en sa vie religieuse, indifférences ou incompréhensions de la part de ses compagnes qui l’entouraient. Jamais une impatience de sa part, jamais un mot amer, au contraire, voici ce qu’elle disait à ce propos : « Quelle folie de se replier sur soi, lorsque Notre Seigneur nous demande la main pour la clouer ».

 

            Ô Marie, refuge des pécheurs qui a chéri Sainte Bernadette pour l’offrande spontanée de toutes les souffrances qu’elle a vécu en permanence, par son intercession, enseigne à notre peuple et ceux qui le défendent, à s’offrir quotidiennement à Dieu, quelques soient leurs épreuves, confiants qu’à travers leur don d’eux-mêmes et de leur souffrance, le Seigneur interviendra pour le meilleur dans leur vie et celle des autres.

 

1 « Notre Père »,10 « je vous salue Marie » 1 « Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme Il était au commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles, Amen ». O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen

 

Cantique de Lourdes

Aux grâces nouvelles sachons obéir

Car Dieu nous appelle à nous convertir.

Ave, ave, ave Maria. (bis)

 

 

Troisième Mystère Douloureux : le Couronnement d’épines

 

            Les soldats tressèrent une couronne d’épines qu’ils posèrent sur sa tête et le revêtirent d’un manteau de pourpre, puis, s’approchant de lui, ils disaient : « Salut, roi des juifs ! » (Jean 19,2-3)

 

            La Royauté du Christ est à l’opposé de la royauté des hommes. Le message de libération du Christ signifie se détacher de l’esprit du monde. La Passion, tous les détails de la Passion convergent vers le fait central qui domine la Création, la Chute et la Rédemption : tout ce que nous pouvons vivre, voir, entendre est issu d’un indicible et éternel amour divin. Et, nous sommes appelés à l’atteindre, à transformer toute notre vie, à l’image de la vie glorieuse du Christ.

            C’est pourquoi nous devons porter avec paix et douleur toute l’erreur et la souffrance de l’humanité. Ainsi, nous participons à la Royauté et au Sacerdoce du Christ, en acceptant comme le Christ tout ce qui pourra nous arriver.

 

Bribes de vie de Sainte Bernadette

 

Vie souffrante de Sainte Bernadette

            Souffrante étant enfant, souffrante à Lourdes, Sainte Bernadette garda son lot de souffrances, une fois devenue sœur Marie-Bernard au couvent de Nevers ; d’ailleurs ses souffrances physiques ne firent que s’accroître et des peines morales vinrent bientôt augmenter ses mérites. Dieu voulut en quelque sorte ciseler son âme par la souffrance pour en faire une perle précieuse, cette perle dont parle l’Evangile. Toujours résignée au milieu de ses souffrances les plus épouvantables, elle s’écriait : « Souffrons pour le Ciel, Tout le reste n’est rien ! »

            Pendant ses crises d’asthme, jamais une plainte ne sortait de ses lèvres, mais seulement un murmure pieux : « Mon Jésus, mon Jésus ! » Et en même temps, elle regardait son Crucifix avec une expression indéfinissable. Et si parfois la religieuse qui la soignait lui demandait : « Vous souffrez beaucoup ma bonne sœur ? », elle se contentait de répondre : « Il le faut, ce n’est rien. »

            Un jour, elle eut à l’infirmerie la visite d’une supérieure qui lui dit : « Que faites-vous là, petite paresseuse ?

-          Ma chère Mère, je fais mon emploi.

-          Et lequel ?

-          C’est d’être malade. »

 

            Ô Marie, consolatrice des affligés avec l’intercession de Sainte Bernadette, enseigne au peuple français et ceux qui les défendent, que ce sont les êtres les plus souffrants dans le silence et l’acceptation qui portent le monde et à travers leur offrande, appellent le pardon de Dieu sur toute l’humanité.

            Que cette époque où le monde ressemble parfois à un immense hôpital ouvre les esprits vers un retour aux valeurs chrétiennes et la recherche de la Vérité. Que les racines chrétiennes de la France crient cette Vérité et raccrochent tous les jours davantage d’âmes perdues et assourdies par les bruits d’un monde qui rejette le respect de la vie, et tentent à la détruire.

 

1 « Notre Père »,10 « je vous salue Marie » 1 « Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme Il était au commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles, Amen ». O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen

 

Mon âme se repose en paix sur Dieu seul :
De lui vient mon salut.
Oui sur Dieu seul mon âme se repose,
Se repose en paix.
(Bis)

 

Quatrième Mystère Douloureux : le Portement de Croix

 

            Jésus portant sa Croix, arriva au lieu du crâne, qui se nomme en hébreu Golgotha. (Jn 19, 17)

            Ils mirent la main sur un certain Simon de Cyrène qui revenait des champs et le chargèrent de la Croix pour la porter derrière Jésus. (Lc 23, 26)

 

            « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il prenne sa croix et me suive ». C’est cela l’imitation totale du Christ qui a pris sa Croix physiquement, mais surtout spirituellement et moralement et a accompli la volonté de son père.

            Qu’est-ce que la Croix ? Comment la prendre ? Si elle était là matériellement, tous faibles que nous sommes, en un moment d’exaltation intérieure, nous la prendrions et nous irions mourir avec elle. Mais elle n’est pas matérielle, elle n’est pas appuyée là sur le mur, elle est diffuse, elle est comme une essence dans l’atmosphère, et nous devons la recevoir comme l’essence la plus profonde de la vie sur terre, avec amour, douleur et paix.

 

Bribes de vie de Sainte Bernadette

 

Mort d’êtres chers de Sainte Bernadette

                            Bernadette était déjà au couvent de Nevers lorsqu’elle apprit la mort de deux êtres qui lui étaient chers. Sa mère, qui selon le mot de tante Bernard « semblait ne pouvoir plus vivre depuis le départ de sa fille » mourut le beau jour de l’Immaculée Conception le 8 décembre 1866. Lorsqu’elle apprit cette nouvelle cruelle pour son cœur de fille très aimante, Bernadette s’évanouit.

            Plus tard, elle apprit la mort de Mgr Peyramale, curé de Lourdes. A cette nouvelle, elle chancela. A propos de ces deuils elle écrivit à M. Henri Lasserre : « Vous dire ce que j’ai souffert serait chose impossible ».

            Bernadette fit preuve malgré tout d’une grande résignation et au milieu de toutes ses peines elle adressait à Jésus cette prière : « O Jésus, donnez-moi je vous prie le pain de la patience pour supporter les peines de mon cœur… le pain de la force pour bien souffrir, pour ne voir que vous seul, en tout et toujours ».

            Ô Marie, consolatrice des affligés,  avec l’intercession de Sainte Bernadette, nous vous demandons de venir apporter consolation au peuple de France très affligé du nombre de morts durant toute cette période.

            Nous prions aussi pour ceux qui dans leur service pour la nation ont trépassé de différentes façons et pour tous leurs compagnons affectés régulièrement par le décès d’un des leurs. « Que  Jésus, donne à tous le pain de la patience pour supporter les peines de leur cœur… le pain de la force dans la souffrance et la claire vision que l’essentiel est d’être lié toujours à Jésus-Christ et à sa Mère. »

 

1 « Notre Père »,10 « je vous salue Marie » 1 « Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme Il était au commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles, Amen ». O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen

 

Cantique de Lourdes

A l'heure dernière pour nous, les pécheurs

Veuillez, Sainte Mère, prier le Sauveur.

Ave, ave, ave Maria. (bis)

 

 

Cinquième Mystère Douloureux : La crucifixion

 

            Près de la Croix de Jésus, se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie de Clopas, et Marie de Magdala. Jésus, donc, voyant sa mère et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. Puis il dit au disciple : « Voici ta mère »… Quand Jésus eut pris le vinaigre, Il dit : « Tout est accompli ». Et, inclinant la tête, Il rendit l’esprit. (Jn 19, 26-27 et 30)

 

            La crucifixion du Christ n’est pas une punition, mais plutôt une conséquence de nos péchés, de nos faiblesses, de toute la chute de l’humanité face à l’Amour éternel.

            A mesure que nous aimons, nous ne rejetons pas, nous acceptons en priant comme le Christ : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Seule l’ouverture du cœur vers Dieu, comme nous l’a montré le Christ crucifié, nous ouvre le paradis, nous obtient la Résurrection et nous donne la Victoire contre l’histoire.

 

Bribes de vie de Sainte Bernadette

Intimité de Sainte Bernadette avec Jésus

            Une fois devenue religieuse à Nevers, l’humble bergère de Lourdes s’efforça malgré les épreuves et la maladie, de vivre de plus en plus en intime avec Jésus. Cette vie d’union est toujours conditionnée par un profond mépris de soi-même. Ce fut le cas de Sainte Bernadette qui ne savait pas s’enorgueillir des faveurs dont elle était l’objet. Sa supérieure lui dit un jour : « N’avez-vous pas éprouvé quelque tentation d’amour-propre d’avoir été si favorisée de la Sainte Vierge ? » Voici sa réponse : « Quelle idée avez-vous ? Est-ce que je ne sais pas que si la Sainte Vierge m’a choisie c’est parce que j’étais la plus ignorante. Si elle en avait trouvé une plus ignorante que moi, c’est elle qu’elle aurait choisie… »

            Jésus avait donc sa place toute marquée en une telle âme. Un fait prouvera combien elle aimait son Jésus. Une fois elle reçut un cadeau ; on lui avait envoyé un grand crucifix. Elle eut la permission de le garder et ce fut une grande joie. « Il y a si longtemps, écrit-elle à celle qui le lui a envoyé, que je désirais un grand crucifix pour le mettre prés de mon lit ; je suis plus heureuse avec mon Christ sur mon lit qu’une reine sur son trône ! »

 

            Ô Marie, refuge des pécheurs et Sainte Bernadette, par vos exemples d’âmes aussi vaillantes, venez secourir nos esprits trop endormis et passifs. Durant bien des années, le peuple de France s’est laissé séduire par la société de consommation qui a peu à peu pris la première place bien souvent dans les vies. L’individualisme et l’attache de ce monde ont repoussé la vie spirituelle qui nous porte - à l’opposé  - au don de soi-même avec toutes les valeurs chrétiennes. Qu’il retrouve le vrai chemin de Lumière…

            Accompagnez tous nos membres des services de sécurité et de défense de France dans leurs actes parfois héroïques, afin qu’ils continuent de se dépasser, parfois au prix de leur vie, pour toujours répondre au service de la nation, avec au cœur, la certitude que Dieu est à l’œuvre dans leur vie.

            Et que la Foi soit plus forte que la peur, que les piscines de la Vierge Marie à Lourdes rouvrent pour apporter toutes les grâces et bénédictions qu’elle souhaite donner.

 

1 « Notre Père »,10 « je vous salue Marie » 1 « Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme Il était au commencement, maintenant et toujours, dans les siècles des siècles, Amen ». O mon Jésus, pardonnez-nous nos péchés, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au ciel toutes les âmes surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Amen

 

Cantique de Lourdes

Ô Vierge Marie, le peuple chrétien

A Lourdes vous prie : chez vous il revient.

Ave, ave, ave Maria. (bis)

La grotte où l’on prie,  dispense la paix :
C’est là que Marie répand ses bienfaits..

Ave, ave, ave Maria. (bis)

 

Prière à Sainte Bernadette

 

« Ô Sainte Bernadette qui simple et pure enfant, avez, dix-huit fois à Lourdes, contemplé la beauté et reçu les confidences de l’Immaculée et qui avez voulu vous « cacher » à Nevers, obtenez-nous cet esprit de pureté et de simplicité qui nous conduira, nous aussi, à la vision de Dieu et de Marie au Ciel »

 

Et comme on ne peut prier Sainte Bernadette sans invoquer notre Mère du Ciel :

 

 

Prière à la Sainte Vierge pour la France

 

« Ô Cœur Immaculé de Marie, Reine de France, nous vous en supplions très humblement, daignez encore intercéder pour nous. Demandez à Dieu qu’il envoie Saint Michel et les Anges pour sauver la France et lui donner la Victoire sur ses ennemis.

Cœur Immaculé de Marie, notre Mère et notre Reine, toute notre confiance repose en Vous ; venez et sauvez nous, car nous savons que vous seule pouvez détourner les grands fléaux dont nous sommes menacés. Amen. »

 

Ne les oublions pas

 

Légionnaire.jpg

 

Ouladzislau Chastakou : Un légionnaire du 2e Régiment Étranger d’Infanterie

s’est noyé accidentellement lors d’un exercice

 

 

            Organisé sur les rives du lac de Bellegarde [Gard], le 18 novembre, un exercice du 2e Régiment Étranger d’Infanterie [REI] a mal tourné, l’un des légionnaires impliqués dans cette « activité d’entraînement programmée et encadre » s’étant accidentellement noyé. Malgré la présence d’une équipe médicale sur les lieux et l’intervention des service de secours, il n’a pas pu être réanimé. Le décès du caporal Ouladzislau Chastakou a été constaté aux environs de 15 heures.

            Né le 15 mai 1997 et originaire de Biélorussie, celui-ci avait rejoint les rangs de la Légion étrangère en août 2018, alors qu’il venait d’être présélectionné par l’équipe olympique de natation de son pays. Après son intruction militaire initiale au 4e Régiment Étranger [RE], au cours de laquelle, selon sa hiérarchie, il s’était rapidement « distingué par sa motivation et ses bons résultats », Ouladzislau Chastakou fut affecté au 2e REI de Nîmes. Élevé à la distinction de légionnaire de 1ère classe en octobre 2019, il prit part à une mission de quatre mois au Sénégal, où sa « manière de servir » fut à nouveau remarquée.

            Après avoir été nommé caporal le 1er janvier 2021, il fut désigné pour suivre une formation technique de spécialité afin de devenir auxiliaire sanitaire. Ayant participé à deux reprises à l’opération intérieure Sentinelle, il fut décoré de la médaille de la protection militaire du territoire et de la Médaille de la Défense nationale, échelon bronze.

            « Âgé de 24 ans, le caporal Ouladzislau Chastakou était un légionnaire de grande qualité et un excellent camarade. Il laisse derrière lui une compagne », précise le commandement de la Légion étrangère.

            Le décès accidentel du caporal Chastakou rappelle, dans d’autres circonstances, celui de deux autres légionnaires du 2e REI, tombés à l’eau lors d’une « sortie cohésion canoë », organisée sur la Marne, en mai 2017.

 

 

 

 Alexandre.jpg

 

Alexandre Martin du 54ème régiment d’artillerie d’Hyères

 

            Alexandre Martin a été tué à Gao lors d’une attaque au mortier du camp militaire de Barkhane, dans l’après-midi du samedi 22 janvier. Vers 17H, la base a été visée par plusieurs tirs. Dix soldats ont été blessés durant cette attaque, l'un d'entre eux, le brigadier Alexandre Martin du 54ème régiment d’artillerie d’Hyères, a été grièvement touché. 

Pris en charge immédiatement, il a succombé à ses blessures, explique l'Etat-Major des armées.

            Alexandre Martin, 24 ans,  était engagé depuis septembre 2015 dans l'armée de Terre. Après des missions en Guyane, en Martinique et à Djibouti, il participait depuis le 19 octobre à l'opération Barkhane. Il était en concubinage et sans enfant. 

            Il s'agit du 53e militaire français tué au combat au Sahel depuis 2013 et du premier en 2022. Trois l'avaient été l'an dernier, un quatrième soldat étant mort accidentellement.

La force antijihadiste française Barkhane s'étend sur cinq pays du Sahel. De l'ordre de 5.000 hommes à l'été 2021, elle devrait être ramenée à entre 3.500 et 4.000 soldats l'été prochain dans le cadre d'une réorganisation de ses missions.

 

 

 

 

Que tous nos défunts soldats, pompiers, policiers, etc… soient portés par les anges vers leur nouvelle mission : Qu’ils prennent force et lumière pour s’élever vers le Chemin qui mène au Père ! Et que tous nos fidèles trépassés reposent en paix.  

 

« Oui, je me lèverai et j’irai vers le Père ! »

 

 

Merci pour ceux qui le peuvent, de nous informer des décès intervenus lors des dernières semaines.



[1] Les extraits relatifs aux paragraphes donnés sous le titre « Bribes de vie de Sainte Bernadette » sont tirés du livre « Un mois avec Marie selon Sainte Bernadette » de l’Abbé Léon Béchet.



01/02/2022
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres