SOS Saint Joseph

SOS Saint Joseph

Chapelles vivantes et Petits Foyers de lumière - Mai 2024

 

            La Vierge Marie, Mère de Dieu et Notre Mère ne cesse d’attirer et déclencher un engouement croissant de façon exponentielle. Il eut été inimaginable sur ces dernières dizaines d’années, de voir des fidèles prier le chapelet devant des calvaires ou autres lieux extérieurs ! Toujours en France, des pèlerinages sont organisés dans tous les sanctuaires mariaux mais surtout, de nouveaux pèlerinages allant de lieux saints et rejoignant divers sanctuaires, conduisent des milliers de pèlerins à traverser la France pour irriguer nos terres de prières. Il en est question de nouveau pour l’été 2024 …

 

            Ce monde, qui a perdu ses repères, son identité, vient implorer la Mère de Dieu ! Ce pauvre monde réalise que cette Mère Toute-Pure et Toute-Puissante avait donné à travers ses demandes suppliantes depuis plusieurs siècles, la marche à suivre pour le Salut des hommes. Elle n’avait pas été écoutée ... Mais aujourd’hui, où les nouvelles quotidiennes nous démontrent combien elle avait tout anticipé, nous manifestant la nécessité, voire l’urgence de la prière et de la pénitence, Elle est en train de rassembler « son armée » de fidèles pour le triomphe de son Cœur Immaculé ! Répondons à tous ces appels en intensifiant notre prière !

 

            Lors de cette veillée, nous allons découvrir notamment au Sanctuaire de Notre-Dame de Romay, l’intervention si puissante de la Vierge Marie auprès des enfants mort-nés. Elle les ressuscitait pour permettre le Sacrement du Baptême ! Ce clin d’œil de Foi des parents venant l’implorer sur ce lieu, doit nous interpeller au jour où l’avortement est devenu un droit quand il représente un acte diabolique ! 

 

            Nous serons aussi éclairés par les méditations de J. Ratzinger[1]. Ce témoignage vibrant sur son cheminement intérieur relatif à sa Foi en la Vierge Marie dévoile comment il est parvenu par un chemin personnel de redécouverte, puis d’approfondissement, presque de pleine « conversion » au mystère marial.

            Il confie[2] : « Quand j’étais jeune théologien, avant - et même pendant - les sessions du Concile, comme il est arrivé et comme il arrivera encore aujourd’hui à beaucoup, je nourrissais quelques réserves sur certaines formules anciennes comme, par exemple, la fameuse de Maria nunquam satis « Sur Marie on ne dira jamais assez ». Elle me paraissait exagérée. J’avais aussi du mal à comprendre le vrai sens d’une autre expression fameuse (répétée dans l’Eglise depuis les premiers siècles, quand - après un mémorable débat - le Concile d’Éphèse de 431 avait proclamé Marie Theotokos, Mère de Dieu), à savoir l’expression qui veut que la Vierge soit « victorieuse de toutes les hérésies ».         

 

            « Aujourd’hui seulement - en cette période de confusion où toutes sortes de déviations hérétiques semblent venir frapper à la porte de la foi authentique - aujourd’hui je comprends qu’il ne s’agissait pas d’une exagération de dévots, mais de vérités plus que jamais valables. » « Oui, poursuit-il, il faut revenir à Marie si nous voulons revenir à cette « Vérité sur Jésus Christ », « Vérité sur l’Eglise », « Vérité sur l’homme »  que Jean Paul II proposait comme programme à la chrétienté entière lorsqu’il présida, en 1979, à Puebla, la Conférence de l’Épiscopat latino-américain. Les évêques répondirent à l’exhortation du Souverain Pontife en proposant dans les documents finauxle souhait unanime de tous : « Marie doit plus que jamais servir de pédagogie pour annoncer l’Évangile aux hommes d’aujourd’hui ». C’est justement sur ce continent, là où la traditionnelle piété mariale du peuple décline, que le vide ainsi laissé se trouve rempli par des idéologies politiques. C’est un phénomène qui se rencontre un peu partout et qui confirme l’importance de ce qui n’est pas seulement une dévotion. »

 

 

 

 

theotokos.jpg

 

Theotokos with unborn Christ

 

 

Sous ton voile de tendresse

 

 

Sous Ton voile de tendresse,

Nous nous réfugions.

Prends-nous dans Ton cœur de Mère

Où nous revivrons.

Marie, Mère du Sauveur, nous Te bénissons.

 

 

Marie, notre Mère,

Garde-nous dans la paix !

Refuge des pécheurs,

Protège Tes enfants !

 

 

Quand nous sommes dans l’épreuve,

 Viens nous visiter.

De tous les dangers du monde,

 Viens nous délivrer.

Marie, Mère du Sauveur, prends-nous en pitié.

 

 

 

 

 

Chapelet avec La Vierge Marie

 

1 « Je crois en Dieu », 1 « Notre-Père », 3 « Je vous salue Marie », 1 « Gloire au Père »

 

 

1er Mystère Lumineux : Le Baptême de Jésus dans le Jourdain

 

 

            « Comme tout le peuple se faisait baptiser et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait, le ciel s’ouvrit. L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe, descendit sur Jésus et il y eut une voix venant du ciel : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. »  (Saint Luc 3, 21-22)

 

            Jésus vient dans la confiance, la simplicité, prendre place avec les pécheurs, au baptême de conversion proposé par Jean, car il sait que c’est là que son Père l’attend.

           

Notre-Dame de Romay

 

            Nous sommes à deux pas de Paray-le-Monial dans cette chapelle mémorable du Charolais de Notre-Dame de Romay…

            L’on est en pleine Terreur. Les églises sont fermées, profanées, et, après les avoir, en 1790, dépouillées de leurs richesses, l’on s’en prend maintenant, en cet hiver 1793-1794, à leurs trésors spirituels, reliques des saints et images vénérées vouées à la destruction. D’abord épargnée en raison de son humble apparence et de son relatif éloignement de Paray-le-Monial, Notre-Dame de Romay sera tôt ou tard mise à sac, quand on se souviendra que l’endroit, bien qu’il ne payât pas de mine, est le principal sanctuaire marial du Charolais et draine, depuis des siècles, des foules immenses

 

            Ici, les Celtes vénèrent, près d’une source réputée miraculeuse, une Déesse Mère, Anna ou Bélisama, autre nom de la même divinité. Dans ces régions christianisées dès la fin du IIe siècle, le clergé a la sagesse de ne pas s’attaquer à la dévotion locale mais de lui substituer le culte de Notre-Dame. Vers le XIe siècle, alors que l’on bâtit au bourg voisin de Paray-le-Monial, la magnifique église, splendeur du roman bourguignon, l’on s’avise qu’il serait bon de donner aux ouvriers qui travaillent sur le chantier, un lieu de culte à eux. L’oratoire de Romay, à moins d’une demi-lieue, se prête à ce rôle. On les incite donc à se construire là une chapelle … On y installe une statue de la Vierge en pierre polychrome, là encore d’une facture grossière et qui n’a rien pour séduire les esthètes.

 

Des petits corps sans vie ressuscitent pour le baptême !

 

            Pourtant, en peu de temps, Romay s’acquit une réputation telle qu’elle fait de l’ombre au sanctuaire de Paray et attire des foules venues même du Bourbonnais, qui n’hésitent pas, à toutes les fêtes mariales, à parcourir dix lieues et plus pour y entendre la messe.

            C’est un sanctuaire où, par une permission spéciale d’En-Haut, s’opèrent, à la prière de Marie, de brèves résurrections permettant aux enfants mort-nés, ou à ceux qui n’ont pas vécu assez pour être ondoyés, de recevoir le baptême. Innombrables sont les parents désolés qui portent au pied de Notre-Dame de Romay, un petit corps sans vie et ont la consolation de le voir se ranimer, juste le temps pour les prêtres de l’endroit, de lui donner le Sacrement qui lui ouvre le paradis. Aussitôt baptisés, les bébés se rendorment dans la mort, laissant à leurs pères et mères, la consolation de les retrouver un jour auprès de la Sainte Vierge. Les registres de Romay ne comptent plus les miracles de ce genre opérés dans la chapelle et qui assurent sa gloire.

 

 

                        Ô Marie, Notre-Dame de Romay, combien tu as manifesté auprès de foules innombrables, l’insondable grâce que permet le baptême pour sauver une âme ! Nos ancêtres en avaient capté la signification et couraient pour ce dernier recours pour leurs enfants en danger dès la naissance.

            Viens de nouveau interpeler aujourd’hui toutes les femmes enceintes en France qui subissent des influences tout azimut, pour avorter !

            Reste auprès de toutes nos filles de la nation ! Ces épouses ou amies de membres de nos corps armés, ou elles-mêmes acteurs dans ces unités de défense et de sécurité – elles, qui se sont engagées pour défendre la France – qu’elles ne renient jamais ces vies en gestation en leur corps.

            Guide chacun de nos soldats, pompiers, policiers, urgentistes, et autres porteurs du désir de sauver cette France que tu chéris, amène-les au baptême afin qu’ils trouvent la force de répondre aux attentes de Dieu dans leur mission.

            Que les nouveaux baptisés, lors du pèlerinage international militaire à Lourdes cette année, soient comblés de bénédictions afin d’être de vrais soldats du Christ !

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

 

Vierge de Lumière (Bis)

 

Vierge de lumière,

Tu es le sourire

d’un Dieu qui nous aime,

Ô notre Dame !

 

 

 

2ème Mystère Lumineux : Les Noces de Cana

 

 

            On manqua de vin aux noces de Cana. La Mère de Jésus lui dit: « Ils n’ont pas de vin » Jésus lui répond : « Femme que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. » Sa Mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » (Saint Jean  2, 3-5)

 

            Marie, comme une bonne maîtresse de maison, perçoit le souci causé par le manque de vin. Sans attendre, elle en fait part à Jésus et demande une totale disponibilité aux serviteurs.

            En toute situation citée dans la Bible, la Vierge Marie nous montre quelle bonne attitude nous devons prendre.

            Vatican II : « En se recueillant avec piété dans la pensée de Marie qu’elle contemple dans la lumière du Verbe fait homme, l’Église, avec respect, pénètre plus avant dans le mystère suprême de l’Incarnation et devient sans cesse plus conforme à son Époux » LG 65).

 

Propos du Cardinal Ratzinger

 

            Bien que de manière très synthétique, donc nécessairement incomplète, le Cardinal résume en six points la fonction de la Sainte Vierge dans l’équilibre et l’achèvement de la foi catholique. Nous ne retiendrons que 3 de ces points. Écoutons-le :

 

Reconnaître à Marie la place que le dogme et la tradition lui assignent, vaut d’être solidement enraciné dans la christologie authentique

            C’est du reste au service direct de la foi dans le Christ - et non pas avant tout par dévotion à la Mère - que l’Église a proclamé ses dogmes sur Marie :

-          d’abord sa Virginité Perpétuelle et sa Maternité Divine,

-          puis, après une longue maturation et réflexion, sa Conception Sans la tache du péché originel,

-          et son Assomption Corporelle dans la splendeur céleste.

 

            Ces dogmes mettent à l’abri la foi authentique dans le Christ, comme vrai Dieu et vrai homme : deux natures en une seule Personne.

Ils mettent aussi à l’abri l’indispensable tension eschatologique, désignant en Marie montée au Ciel, la vocation à l’immortalité qui nous attend tous. Et ils mettent à l’abri jusqu’à la foi, aujourd’hui menacée, en Dieu Créateur, lequel (c’est entre autres une des significations de la vérité plus que jamais incomprise de la virginité perpétuelle de Marie) peut intervenir à loisir jusque sur la matière même.

            En somme, comme le rappelle encore le Concile : « Intimement présente, en effet, à l’histoire du salut, Marie rassemble et reflète en elle-même, d’une certaine façon, les impératifs suprêmes de la foi" (LG 65) ».


            Ô Marie, Immaculée Conception, Toi dont la Pureté a permis cette Union inaltérable avec Dieu, Toi, Mère du Christ et Notre Mère, tu es Toute puissante. Tu sais pour tout être humain ce qui est nécessaire pour son propre Salut.

            Intercède pour tous nos membres de sécurité et de défense de France, accompagne-les au quotidien de telle sorte qu’ils perçoivent ta proximité et écoutent dans leur for intérieur, tes conseils afin de les suivre.

            Au sein de leurs foyers, gagne-les à ta prière, toujours signe de grande protection et de force dans l’épreuve.

           

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

 

Ave Maria, sois notre secours

Entends nos prières

Et prie Dieu pour nous.

 

Toi, notre Mère, prends-nous par la main,

Montre-nous la route qui conduit vers Dieu.

 

 

3ème Mystère Lumineux : La Prédication du Royaume de Dieu et l’appel à la conversion

 

 

            Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice et tout cela vous sera donné par surcroît… Si l’un de vous a cent brebis et qu’il en perd une, n’abandonne-t-il pas les quatre-vingt-dix autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ? (Saint Matthieu 3, 33 et saint Luc 15, 4)

 

            Toute notre vie est une quête : Dieu nous cherche inlassablement. Et nous, cherchons-nous son visage ? Revenons donc vers Lui qui nous attend pour nous pardonner et nous recréer dans sa Miséricorde.

 

            La Vierge Marie, par son existence toute offerte à Dieu, nous montre comment, tout être mais spécialement toute femme, est appelée à vivre pour incarner ces vertus qui font fleurir des sociétés où l’altruisme, la sensibilité et l’intelligence honorent une nation.

 

 

Propos du Cardinal Ratzinger

 

            Poursuivant sa synthèse, Ratzinger indique ces deux autres points :

« Pour reprendre les expressions mêmes de Vatican II, Marie est « figure », « image », « modèle » de l’Église. Regardant vers elle, l’Église est alors mise à l’abri de cette image masculinisée qui la représente comme instrument d’un programme d’action socio-politique.

            En Marie, sa figure et son modèle, l’Église retrouve son visage de Mère, elle ne peut dégénérer par l’effet d’une évolution qui la transformerait en parti, en organisation, en groupe de pression au service d’intérêts humains, si nobles soient-ils. Si, dans certaines théologies et ecclésiologies, Marie ne trouve plus place, la raison en est claire : elles ont réduit la foi à une abstraction. Et une abstraction n’a nul besoin d’une Mère. »

            « Par son destin, qui est à la fois de Vierge et de Mère, Marie continue à projeter une lumière sur ce que le Créateur a eu comme dessein pour la femme de tous les temps, le nôtre y compris ; et peut-être surtout le nôtre où - comme nous le savons - se trouve menacée l’essence même de la féminité.

            Sa Virginité et sa Maternité enracinent le mystère de la femme dans un destin très élevé auquel elle ne peut être arrachée. Marie est l’intrépide annonciatrice du Magnificat, mais elle est aussi celle qui rend féconds, le silence et la vie cachée ; elle est celle qui ne craint pas d’être debout au pied de la Croix, qui est présente à la naissance de l’Église ; mais elle est aussi celle qui, comme le souligne à plusieurs reprises l’évangéliste « garde et médite dans son cœur » ce qui se passe autour d’elle. Créature de courage et d’obéissance, elle est (encore et toujours) un exemple vers lequel tout chrétien - homme et femme - peut et doit regarder ».

 

            La vraie France est d’une grande Beauté et Puissance lorsqu’elle répond à ce que Dieu Lui demande. Ces temps dépravés sont douloureux car ils ont défiguré la « Fille aînée de l’Église » mais nous savons que Toi, Marie, Notre Mère et Notre Reine, tu prépares ce peuple à une nouvelle Victoire sans précédent contre les ténèbres.

            Nous t’implorons donc pour hâter cette heure bénie en faisant s’élever sur notre Patrie, une armée de priants fidèles, qui par leurs prières ont le pouvoir de ressusciter la France.

            Que tous nos membres de sécurité et de défense de France, appelés toujours à œuvrer pour maintenir la paix pour notre pays, soient secondés par l’Armée Céleste et les prières des âmes gagnées à Dieu. Qu’ils ressentent dans toutes leurs missions, ces présences d’amour et en soient galvanisés, et n’hésitent pas à aller demander le pardon qui libère dans le Sacrement de Réconciliation.

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

 

Dieu nous te louons, Seigneur, nous t’acclamons,

Dans l’immense cortège de tous les Saints.

 

Pour la prière et pour l’offrande, des fidèles unis en Toi.

Et pour l’Amour de Notre-Dame, Notre Mère au pied de la Croix.

 

 

4ème Mystère Lumineux : La Transfiguration

 

 

            Dieu s’est engagé... et il  est impossible que Dieu ait menti. Cela nous encourage fortement, nous qui avons cherché refuge dans l’espérance qui nous a été proposée et que nous avons saisie. Cette espérance, nous la tenons comme une ancre sûre et solide pour l’âme ; elle entre au-delà du rideau, dans le Sanctuaire où Jésus est entré pour nous en précurseur. (lettre aux Hébreux 6, 18-20)

 

            L’espérance est le moteur qui s’appuie sur les promesses de Dieu et nous pousse à avancer dans la vie.

            La Vierge Marie ne nous appelle-t-elle pas en permanence vers ce retour d’une espérance qui déplace les montagnes et peut renverser toute situation ?

 

 

Propos du Cardinal Ratzinger

 

            Autre point : « Dans sa personne même de jeune fille juive devenue Mère du Messie, Marie unit ensemble de façon vitale et indissoluble, l’ancien et le nouveau peuple de Dieu, Israël et le christianisme, la Synagogue et l’Église. Elle est comme le point de jonction sans lequel la foi (comme il arrive aujourd’hui) court le risque de se déséquilibrer en réabsorbant le Nouveau Testament dans l’Ancien, ou en se débarrassant de celui-ci. En elle, nous pouvons vivre en revanche l’unité de l’Écriture entière. »


            Autre point: « La dévotion mariale correcte garantit à la foi la coexistence de l’indispensable «raison» avec, comme dirait Pascal, les « raisons du cœur », tout aussi indispensables. Pour l’Église, l’homme n’est pas seulement raison ni seulement sentiment, il est union de ces deux dimensions. La tête doit réfléchir avec lucidité, mais le cœur doit être réchauffé : la dévotion à Marie...  assure ainsi à la foi, sa dimension humaine complète. »

 

            Ô Marie, Tu es le trait d’union entre l’Histoire Sainte avant Jésus-Christ et les Temps nouveaux et Tu réunis ce qui permet la Vie en abondance, non seulement « la raison » mais aussi la dimension du Cœur !

            Inculque à tous nos membres de sécurité et de défense de France, cette Sagesse qui fait des hommes  droits et solides, des âmes élevées, qui sachent être inspirées lorsque les situations sont confuses.


1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

 

Hymne Acathiste

 

Réjouis-Toi, échelle par qui Dieu descendit du Ciel,

Réjouis-Toi, pont conduisant au Ciel ceux qui sont sur la terre,

Réjouis-Toi, Ton enseignement surpasse tout savoir,

Réjouis-Toi, Tu illumines l’esprit des croyants.

 

Réjouis-Toi, Ô Mère du Sauveur !

Alléluia, Alléluia, Alléluia !

 

 

5ème Mystère Lumineux : L’Institution de l’Eucharistie

 

 

            Jésus s’approcha des disciples et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au Ciel et sur la terre. Allez ! De toutes les nations faites des disciples ; baptisez-les au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous jusqu’à la fin du monde. » (Saint Matthieu 28, 18-20)

 

 

            Avant de mourir, pour être avec nous tous les jours, Jésus nous a laissé le Sacrement de son amour et de sa Présence réelle : l’Eucharistie, pour la victoire de sa présence au cœur de nos vies.

            Parallèlement, avant même la naissance du Christ, le Père des Cieux avait mis dans le cœur des anciens qui habitaient nos terres, le culte de la «Vierge qui allait enfanter ». Déjà dans la Tradition, il était question de la prédestination de Marie et de sa présence au cœur de nos vies !

 

 

Numéro de Mai-Juin 1938 de « Terre Mariale » de l’archiconfrérie de Notre-Dame de Pellevoisin, un article du bulletin relate ces faits :

 

            « Si l’on en croit la Tradition, un formidable incendie ravagea l’Ibérie et la Celtique. Epouvantées, les populations du Val d’Or implorèrent, dit-on, la Vierge qui devait enfanter et promirent de lui élever une pierre de témoignage. Le Val d’Or fut épargné et ce serait dans cette pierre de témoignage que, bien des siècles plus tard, l’image de Notre-Dame de Romay aurait été taillée. »

            Un historien français, nommé Hamon, dans son livre «Notre Dame de France », tome 1, donne un fait important, étonnant et capital qui permet de comprendre pourquoi la promesse de Dieu s’est continuée par le peuple Gaulois. Prêtons grande attention à ce qui suit :

druides.jpg

 

[3]

Deux druides, d'après une illustration de Antiquitas explanatione et schematibus illustrata

(Bernard de Montfaucon, 1719).

 

 

 

            « … A cette époque, le grand centre religieux de la Gaule était la forêt de Chartres. Or, précisément sur la colline où a été depuis, bâtie la cathédrale, était alors un bois sacré, et au milieu de ce bois, se trouvait une vaste grotte qu’éclairait à peine un jour sombre… Là, dit la tradition, en présence de toutes les notabilités de la nation convoquées, la centième année avant la naissance de Jésus-Christ, les druides élevèrent un autel à la Vierge qui devait lui donner le jour et gravèrent sur cet autel l’inscription devenue depuis si célèbre : Virgini paritura (= à la Vierge qui enfantera).[4]

 

            « Et Priscus, roi de Chartres, touché du discours prononcé à cette occasion par leur grand pontife et plein de confiance en ses promesses, consacra solennellement et devant toute l’assemblée, son royaume à cette reine future qui devait enfanter le Désiré des nations. Les assistants émus de telles paroles se consacrèrent eux-mêmes à cette Vierge privilégiée ».

 

            Ô Marie, Reine de France, après ton « Fiat », tu n’as cessé de venir sur nos terres nous enseigner comment répondre par notre baptême au dessein de Dieu sur chacun d’entre nous, puis ensuite dans nos vies.

            Au jour où notre Patrie traverse un danger jamais connu dans notre histoire, manifeste ta puissance et reviens nous sortir de l’abîme !

            Tu es l’Arche d’Alliance dans laquelle nous voulons entrer dans la pleine confiance du triomphe de Ton Cœur Immaculé. Dans cette Arche, intègre tous nos membres de sécurité et de défense de France, leurs familles, nos familles, tous les hommes de bonne volonté, les pécheurs qui ont été faussés par des croyances erronées, fais entrer tout ce Peuple de France pour une Résurrection de ce Pays qui est le tien et que Dieu a choisi depuis toute Éternité !

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

 

Hymne Acathiste

 

Réjouis-Toi, Mère de l’Agneau et du Pasteur,

Réjouis-Toi, Bergerie de l’Unique Troupeau,

Réjouis-Toi, qui nous libères des œuvres de ténèbres,

Réjouis-Toi, Tu nous ouvres les portes du Paradis.

 

Réjouis-Toi, Ô Mère du Sauveur ! Alléluia, Alléluia, Alléluia !

 

 

SUPPLIQUE pour La France[5]

 

 

Père Tout-Puissant et Miséricordieux,

Tu appelles toutes les nations divisées par le péché à se rassembler

sous le joug Très Doux de Ton Fils Bien-Aimé Jésus, Roi de l’Univers.

Nous croyons que Seul, Ton Esprit d’Amour et de Vérité

peut renouveler la face de la terre et tout restaurer dans le Christ

qu’Il vienne au secours de Notre Patrie qui T’offense et s’éloigne de Toi.

Faisant appel à ta MISÉRICORDE,

nous Te demandons, Pardon pour elle.

Quant à nous, ayant une fois pour toutes, remis à Notre-Dame ce que nous sommes

et ce qui nous appartient, nous confessons nos infidélités

et nous reconnaissons que la conversion de notre Pays, passe par notre propre conversion.

Nous confions à Marie nos prières, nos pénitences et toutes nos actions.

Qu’Elle nous garde du parjure et de toute faiblesse.

Père Tout-Puissant et Miséricordieux, nous t’en supplions, SAUVE NOTRE PAYS !

Cœur Sacré de Jésus, aie pitié de nous qui mettons notre Confiance en TOI !

Cœur Immaculé de Marie, intercède pour nous !

 

 

 

Chez nous soyez Reine

 

Chez nous soyez Reine, nous sommes à vous ;

Régnez en souveraine, chez nous, chez nous !
Soyez la Madone qu'on prie à genoux,

Qui sourit et pardonne chez nous, chez nous !


1 - Vous êtes notre Mère, Portez à votre Fils

La fervente prière de vos enfants chéris.

2 - Gardez, ô Vierge pure, O Cœur doux entre tous
Nos âmes sans souillure, nos cœurs vaillants et doux.

 



[1] De 1981 à 2005, la Congrégation pour la doctrine de la foi est présidée par le cardinal Joseph Ratzinger qui deviendra le pape Benoît XVI.

[2] Cet interview date de 1985 (in V. Messori, Entretiens sur la Foi)

[3] Le druide est un chef religieux de la religion des Celtes. Membre de la classe supérieure dans les cultures celtiques antiques, le druide joue plusieurs rôles : ministre du culte, théologien, philosophe, gardien du Savoir et de la Sagesse, historien, juriste et aussi conseiller militaire du roi et de la classe guerrière. Le druide est l’intermédiaire entre les dieux et les hommes.

[4] Des vestiges de ce culte à la Vierge qui devait enfanter le Sauveur du monde ont été trouvés également à Nogent-sous-Coucy (cité par Guibert, abbé de Nogent), à Longpont et jusqu’à Lyon… Il y a aussi en France une terre sacrée où, bien avant Longpont, bien avant Chartres, la Vierge qui devait enfanter, aurait fait éclater sa puissance : c’est Paray-Le-Monial !

[5] Prière récitée pour rappeler  le 15ème centenaire du Baptême de Notre Pays : Noël 496

 



02/05/2024
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 108 autres membres