SOS Saint Joseph

SOS Saint Joseph

CHAPELLES VIVANTES ET PETITS FOYERS DE LUMIERE - MARS 2022

Le livre de Christian Venard : « Un prêtre à la guerre »[1] est un témoignage bouleversant et d’une grande actualité sur la vie d’un aumônier militaire en « opex ».

 

 

            Ecrit en 2013, il rappelle de nombreux épisodes vécus lors d’opex avec les compagnies auprès desquelles il était missionné. Ce rôle d’aumônier auprès de soldats parachutistes demande de se fondre à leur vie en étant présent avec eux – sans être armé – en vue de pouvoir être « accepté » et intégré comme l’un des leurs. A cette seule condition, les soldats lui accorderont leur confiance. Le challenge n’est pas mince car les missions sont programmées sur 4 à 6 mois, et tous ces hommes, du fait des violences qu’ils sont amenés à traverser régulièrement, par réflexe psychologique, sont souvent « verrouillés » en eux-mêmes.

 

 

            Christian Vénard est de la trempe de ces hommes qui donnent tout pour l’amour !... Aussi, avec beaucoup de délicatesse et de tact, réussit-il à se faire « adopter » dans toutes ces missions. Devenant ainsi leur compagnon, il doit rester le prêtre investi par Jésus-Christ, puisque là se situe sa réelle mission : son objectif premier reste donc de pouvoir répondre aux questions de ces hommes lors de leurs différentes situations de vie, voire même de susciter des questionnements auprès d’eux. Il n’a pas à marteler qu’il est prêtre, mais plutôt donner envie de s’intéresser à Dieu, faire fléchir leur apparente rudesse pour les amener à venir dire leurs soucis, leurs angoisses, leur souffrance …

 

 

            A travers ces pages, Christian Vénard cherche aussi à faire entendre à tous ses concitoyens, combien ces hommes ont besoin d’une reconnaissance de la part de leur nation. N’oublions pas que chaque soldat œuvre au service de la France et donc de tous les Français, parfois au péril de leur vie… N’a-t-on pas remarqué lors des veillées des « chapelles vivantes », chaque mois, en fin de texte, l’information de la mort d’un ou de plusieurs d’entre eux ?... Ils sont les fils et filles de la nation et nous avons un devoir envers eux, au moins celui de la prière pour les aider au quotidien dans tous les risques qu’ils prennent, et aussi, quand il y a sacrifice absolu, le devoir de les présenter à Dieu dans nos eucharisties, sinon en demandant des messes pour eux. Mais laissons Christian Vénard le dire avec ses mots :

 

 

            « Je ne suis pas certain que beaucoup de Français réalisent que des militaires - leurs concitoyens – vivent de nombreux mois dans des conditions difficiles, loin de leurs familles et de leur pays pour le service de la France, et donc de leur service. Au bout du compte, les mois d’opex représentent des années au loin, dans des pays souvent marqués par la violence et la pauvreté. Ces missions n’impliquent pas nécessairement une confrontation quotidienne  au feu… Néanmoins, elles impliquent entre quatre et six mois loin des siens et du pays sans que les compensations financières soient à la hauteur des services consentis. Je voudrais rendre témoignage de cet engagement et redire à quel point leur sacrifice n’est pas assez pris en compte. Surtout quand ce sacrifice peut être celui de leur vie. »

 

 

             « Les militaires ont besoin d’une forme de reconnaissance. Ils doivent savoir que leur action n’est pas vaine, que les sacrifices de leurs camarades ne sont pas inutiles. Mais l’évolution globale de  notre société l’amène à ne pas reconnaître ces héros parce qu’elle en a choisi d’autres. On devient plus facilement un héros en tapant dans un ballon pour des dizaines de millions d’euros par an, qu’en tombant pour son pays au fin fond de l’Afghanistan pour une solde réduite. Il y a là un désordre. Les médailles, certes utiles, ne sont pas suffisantes pour les estomper… Risquer sa peau et vivre la peur au ventre jour après jour, connaître parfois de lourdes difficultés conjugales en conséquence : le prix à payer semble trop cher si la nation est indifférente. »

 

 

Si la mer se déchaîne

 

 

Si la mer se déchaine,

 Si le vent souffle fort,

Si la barque t’entraîne

N’aie pas peur de la mort. (bis)

 

 

Il n’a pas dit que tu coulerais, il n’a pas dit, que tu sombrerais

Il a dit : « Allons de l’autre bord », Allons de l’autre bord.

 

 

Si ton cœur est en peine

Si ton corps est souffrant

Crois en Jésus, Il t’aime,

Il te donne sa paix (bis)

 

 

Si un jour sur ta route,

tu rencontres le mal,

Ne sois pas dans le doute,

Dieu aime ses enfants (bis)

 

 

 

 image.jpg

Christian Venard – Aumônier parachutiste

 

 

 

Chapelet avec La Vierge Marie

 

1 « Je crois en Dieu », 1 « Notre-Père », 3 « Je vous salue Marie », 1 « Gloire au Père »

 

Premier Mystère Lumineux : Le Baptême de Jésus

 

 

« Pour moi, je vous baptise avec de l’eau, mais vient le plus fort que moi… lui vous baptisera dans l’Esprit-Saint et le feu » (Luc 3, 16)

 

            « Alors que le Christ descend dans les eaux du fleuve comme l’innocent qui se fait « péché » pour nous, les Cieux s’ouvrent ; la voix du Père le proclame son Fils bien-aimé, tandis que l’Esprit descend sur Lui pour l’investir de la mission qui l’attend. » (Saint Jean-Paul II)

 

Episodes de vie de Christian Venard

 

                        Dès le deuxième dimanche qui suit mon arrivée, je suis appelé à servir la messe du Pape Jean-Paul II à la basilique Saint Pierre. Dans le cœur d’un jeune homme de vingt-cinq ans qui a décidé de consacrer sa vie au Seigneur, peut-on imaginer ce que cela représente ? Se retrouver vêtu d’une soutane au cœur de la Chrétienté, devant l’autel construit au-dessus du lieu où reposent les reliques du premier Pasteur de l’Eglise, Saint Pierre, et servir la messe de son successeur !...  Pendant la célébration de l’Eucharistie, source et sommet de tout ce qui peut être notre vie sur cette terre… je dévisage Jean-Paul II. Dans mon cœur, je prends tous les gens confiés à ma prière tout au long de ma vie. Ma tâche est limitée : je suis chargé d’apporter les objets nécessaires au lavabo[2]. En mon for intérieur, tandis que je suis mû par la prière et l’action de grâce, j’espère que le Pape me regardera pour que je puisse lui exprimer par mon propre regard, l’amour que j’éprouve pour lui et ce qu’il représente.

 

            Mon vœu est exaucé. Soudain, Jean-Paul II s’avance dans ma direction et pose son regard sur moi. Je me sens transpercé de la tête aux pieds, transparent. Des yeux, j’essaye de lui faire passer ce message : « Très Saint-Père je vous aime et tout ce que j’ai est à vous parce que c’est à Dieu et que vous êtes à Dieu. » Puis je baisse le regard afin que celui-ci ne se fasse ni insistant, ni déplacé. Le temps d’aller du centre de l’autel jusqu’à son bord pour le lavabo, le regard de Jean-Paul II ne me quitte pas un instant. Quand je relève les yeux, son regard est toujours là. Cet épisode consolide en moi l’amour indéfectible que je porte à l’Eglise...           

 

Chaque baptisé est né de Rome, mère et maîtresse de toutes les Eglises, comme l’indiquent les innombrables lieux de dévotion de la ville. Je ne peux m’empêcher de songer à toutes les figures de l’Eglise qui y sont venues à commencer par Pierre, Paul, leurs successeurs et les martyrs romains. La trace des plus grands saints de la Chrétienté est aussi très présente...

 

            Ô, Vierge Marie, Temple du Saint-Esprit, nous te demandons d’intercéder pour tous nos membres de sécurité et de défense de France afin qu’ils soient guidés  - même s’ils n’en sont pas conscients – par l’Esprit de Dieu dans toutes leurs actions et démarches. Qu’ils soient inspirés de demander à recevoir le baptême pour ceux qui n’ont pas encore reçu ce Sacrement.

 

            Vierge Marie, Mère de l’Eglise accompagne tout spécialement les aumôniers militaires chargés des âmes des fils et filles de la nation. Qu’ils demeurent en permanence dans vos cœurs unis de Jésus, Marie, Joseph. Nous te confions tout spécialement les catéchumènes du diocèse aux armées qui seront baptisés cette année.

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Dieu nous accueille en sa maison

 

Ô quelle joie quand on m’a dit :

« Approchons-nous de sa maison,

Dans la cité du Dieu vivant ! »

Dieu nous accueille en sa maison

Dieu nous invite à son festin :

Jour d’allégresse et jour de joie ! Hozanna !

 

 

Deuxième Mystère Lumineux : Les noces de Cana

 

 

Jésus fut invité à des noces à Cana en Galilée ainsi que sa mère et les premiers disciples. Le vin des noces étant épuisé, la mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont plus de vin ». Jésus répondit : « Que me veux-tu femme ? Mon heure n’est pas encore arrivée. » Sa mère dit aux servants : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. » (Jean 2, 1-3)

 

« Le début des signes à Cana est un Mystère de lumière, au moment où le Christ, changeant l’eau en vin, ouvre le cœur des disciples à la foi grâce à l’intervention de Marie, la première des croyantes. Aux noces de Cana, l’Evangile montre précisément l’efficacité de l’intercession de Marie qui se fait, auprès de Jésus, le porte-parole des besoins de l’humanité. » (Saint Jean-Paul II)

 

 

Episodes de vie de Christian Venard

 

L’épisode suivant se situe durant la guerre au Kosovo :

 

            Le pont de Mitrovica est le théâtre de ma première expérience du feu. Une section du 3ème RPIM monte la garde sur ce pont côté albanais. Nous devons absolument contrôler cet édifice, seul point de passage entre la zone serbe et la zone sud albanaise. Le pont de Mitrovica est donc un point de friction emblématique.

 

            De passage à Mitrovica, je décide de rendre visite à la section qui contrôle le pont ce jour-là. Il fait une chaleur à crever. Notre mode d’engagement nous oblige à porter un casque lourd et une « frag-jacket », ce gilet de combat composé de lourdes plaques de kevlar[3] -  qui s’est un peu allégé depuis.

 

            Arrivé dans l’après-midi, je discute avec eux aux abords du pont. Tout est calme. En un éclair, un caporal-chef se jette sur moi en hurlant : « Roquette ! »  Sur le moment je ne comprends rien, j’entends juste ce hurlement. Plaqué au sol, je n’ai le temps que de lever la tête et de voir passer un engin volant en forme d’ogive qui s’avère être effectivement une roquette. Le projectile va exploser de l’autre côté du pont contre un véhicule blindé français. Nous ne déplorons ni blessé ni mort. Avec cette première expérience du feu, je comprends que la peur se manifeste souvent après l’action. Dans l’instant, il est rare que l’on puisse réaliser l’importance du danger. Pour vraiment savoir ce qu’est la guerre, il faut l’avoir connue, comme l’affirment tant d’anciens. Le vrai courage ne vient qu’après l’expérience du feu.

 

            Par ailleurs cette expérience va me confronter pour la première fois aux syndromes post-traumatiques - les fameux PTSD[4] - que j’ai beaucoup étudiés par la suite. Quelques jours après cet épisode, je retrouve le caporal-chef qui m’avait protégé avec tant d’à-propos non loin de la prison de Mitrovica. Il a besoin de parler avec moi  parce que son binôme – le camarade avec qui il est lié en toutes circonstances depuis leur formation initiale  - vient de se suicider. Il me raconte tout ce qu’ils avaient vécu en commun dans l’horreur du Rwanda, ces dizaines de cadavres qu’ils avaient dû enfouir ensemble. Pour cet homme meurtri, la seule manière de tenir et de ne pas craquer est de venir trouver un padre et de se confier à lui. Je lui promets de le voir dans les jours suivants et lui demande de ne pas hésiter à me faire appeler s’il sent que ça ne va pas. Pour la première fois, je touche du doigt, la réalité de ces traumatismes.

 

            Ô, Vierge Marie, Avocate des opprimés, Refuge des pécheurs, nous déposons sur ton Cœur, tous nos soldats, pompiers, policiers, affectés par de rudes souvenirs qui les ont blessés et suite auxquels, ils restent en tourments. Par le Sang du Christ, que se referment ces blessures afin que ces hommes et ces femmes retrouvent la paix. Soutiens en particulier les couples de militaires fragilisés par ce qu’ils ont vécu en opex.

            Toi, la Reine des pasteurs, intervient auprès de tous les aumôniers militaires pour qu’ils soient réellement des « pères » auprès des âmes qu’ils doivent guider.

            Nous te prions aussi pour tous les militaires et membres des forces de l’ordre qui se sont suicidés. Mène-les, toi notre Avocate, ainsi que les âmes du Purgatoire, dans le lieu de l’éternel repos.

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Je viens vers Toi, Jésus

 

Comme une terre qui est aride,  Ainsi mon cœur désire ton eau vive

Tu es la source qui désaltère,  Qui croit en Toi n’auras plus jamais soif !

 

Je viens vers Toi, Jésus

Je viens vers Toi, Jésus (bis)

 

 

Troisième Mystère Lumineux : L’annonce du Royaume

 

 

Jésus partit pour la Galilée proclamer la Bonne Nouvelle de Dieu. Il disait : « Les temps sont accomplis, le Règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. »

            Ce qui ressort de l’enseignement du Christ, c’est que l’homme est fait pour la vie éternelle et la porte en lui. Le mystère du Christ, de sa Naissance, de sa Passion et de l’Eglise qu’Il a fondée, concerne la vie éternelle, l’au-delà de cette vie.

            Nous tombons très souvent dans l’erreur, d’un côté ou de l’autre : soit nous nous croyons saints, soit nous nous croyons perdus. Celui qui aime vraiment ne se juge pas, il ne tâche pas d’être saint, il aime. Et c’est l’amour parfait qui amène l’homme à la sainteté et qui le rend capable de se convertir. L’amour détruit l’orgueil.

 

Episodes de vie de Christian Venard

 

            Tout militaire a le devoir de réfléchir à ce qu’il fait et ce pour quoi il s’engage. Invoquer l’obéissance inconditionnelle aux ordres pour justifier toute action – comme le fit Adolf Eichmann[5] à son procès – est odieux.

            La vocation d’un militaire, du chef d’état-major des armées au plus humble des soldats, ne se limite pas à l’obéissance aux ordres : son rôle est aussi éthique. Chaque ordre, à l’exception sans doute des plus simples ou des plus routiniers, exige une réflexion à l’opposé de ce que prescrit l’adage : « réfléchir, c’est déjà désobéir ». Être un vrai militaire au service de son pays exclut l’obéissance stupide et aveugle aux ordres. Qu’on laisse cela à certaines professions, mais certainement pas aux militaires ni aux forces de l’ordre…

 

            Aujourd’hui, dans les armées françaises, le code du soldat – dont la pertinence peut parfois prêter à discussion – indique qu’un ordre n’est à exécuter que s’il est conforme aux lois et aux représentations nationales[6]. Cette disposition doit être complétée par la pensée de Saint Thomas d’Aquin selon laquelle, l’on ne doit pas obéir à un ordre qui s’opposerait à sa conscience. Refuser d’exécuter un ordre illégitime est un devoir moral, ce qui suppose de savoir analyser les situations à bon escient pour opérer un vrai discernement.

 

            Ô Vierge Marie, Mère du Bon conseil, interviens afin que soit respectée en tout temps, la liberté de conscience pour tous nos membres de sécurité et de défense de France. Que les pressions de leurs supérieurs ne les contraignent pas à commettre des actes que leur conscience réprouve. Que toutes nos forces armées puissent recevoir une formation solide sur le plan éthique afin d’éviter de graves et profondes dérives.

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Le chant de la promesse

 

Fidèle à ma Patrie,  Je le serai

Tous les jours de ma vie, Je servirai.

 

Je veux t’aimer sans cesse, de plus en plus

Protège ma promesse, Seigneur Jésus.

 

Ta Règle a sur nous-mêmes, Un Droit Sacré

Je suis faible, Tu m’aimes,  Je maintiendrai !

 

 

Quatrième Mystère Lumineux : La Transfiguration de Notre-Seigneur

 

 

            Jésus fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. (Mt 17,1)

            Le Seigneur a montré à ses apôtres les plus proches ce qu’est la libération, la résurrection et la gloire à laquelle nous sommes tous appelés et pour laquelle Il s’est soumis à la nature et Il a souffert. Cette gloire est une promesse.

            «  Il les prépare ainsi à vivre avec Lui le moment douloureux de la Passion, afin de  parvenir avec Lui à la joie de la Résurrection et une vie transfigurée par l’Esprit-Saint.» (Saint Jean-Paul II)

 

Episodes de vie de Christian Venard

 

            Il est impossible de vivre des expériences intenses pendant plusieurs mois et de retrouver le quotidien sans que le psychisme et le physique ne s’en ressentent. Peut-on réaliser ce que les corps subissent en opex ? Nous passons des mois à manger des boîtes de conserve et à dormir sur des lits Picot ou des cartons. Au cours de mon premier séjour au Kosovo,  je n’ai pas bu une goutte d’eau du robinet. A mon retour, je me suis surpris à avoir de grands fous rires sous la douche, quand l’eau se mettait à couler. Cette eau faisait ma joie ! Un militaire n’est jamais en vacances, il bénéficie d’une permission qui peut être annulée du jour au lendemain par une simple décision du commandement. Sa vie de famille subit l’impact de son engagement. Combien de militaires sont en opération quand leurs femmes ou leurs copines accouchent ! … Tous ces jeunes gens issus de la vie civile, ces sous-officiers, ces officiers, risquent leurs peaux. Dans la préparation du sacrifice ultime qui peut leur être demandé au nom d’un intérêt supérieur, ils acceptent une multitude d’autres sacrifices au quotidien.

 

            Face à la mort de mes camarades, ce qui est humain en moi vit dans la révolte… Cette révolte est inévitable et il faut savoir l’accepter. Dans le récit de la Passion, le Christ Lui-même – tout en étant le Fils de Dieu – verse de la sueur de sang, demande à son Père d’ « éloigner ce calice »[7] et vit tous les affres de la souffrance, de l’horreur et de l’effroi. Lorsque la mort frappe, nous sommes pris dans un engrenage comparable, à l’image du Christ venu nous retrouver dans la souffrance. Cette détresse ne conduit pas pour autant à la remise en cause de la foi. Paradoxalement, elle conduit même à en mieux cerner l’objet. Dieu est venu rejoindre les humains en Jésus-Christ, précisément parce que notre humanité est blessée, pécheresse et vit dans la souffrance. Le Fils de Dieu vient se faire homme dans la souffrance et passe à travers la mort. Il n’assiste pas impassible à notre souffrance. Au contraire, il est venu la partager. Cette conviction est un roc inébranlable. J’y crois de toute la profondeur de mon être. Je veux y adhérer de toute mon intelligence.

 

            Ô, Vierge Marie, Médiatrice de grâces, fais grandir en tous, la Foi en la Résurrection du Christ et en notre propre résurrection afin que toutes nos forces armées vivent dans l’Espérance, malgré le fait de connaître en opération la mort de l’un des leurs.

            Porte du Ciel, accompagne et accueille tous ceux qui - pour la France - donnent tout et vivent le sacrifice ultime.

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

 

Lumière des hommes, nous marchons vers toi.

 

Fils de Dieu, tu nous sauveras

 

 

 

Ceux qui te cherchent Seigneur, tu les conduis vers la lumière, toi, la Route des égarés.

 

 

Cinquième Mystère Lumineux : L’Institution de l’Eucharistie

 

 

            Pendant le repas, Jésus prit du pain, prononça la bénédiction, le rompit et le donna à ses disciples en disant : « Prenez, ceci est mon corps ». Puis, prenant la coupe et rendant grâces, il leur dit : « Ceci est mon sang, le sang de l’alliance répandu pour la multitude ». (Mc 14, 22-24)

            « C’est un Mystère de lumière que l’Institution de l’Eucharistie, dans laquelle le Christ se fait nourriture par son Corps et son Sang sous les signes du pain et du vin, donnant « jusqu’au bout » le témoignage de son amour pour l’humanité, pour le salut de laquelle Il s’offrira en sacrifice. (Saint Jean-Paul II)

 

Episodes de vie de Christian Venard

 

            Au sujet du mystère eucharistique, je me fonde sur la pensée de Saint Thomas d’Aquin. Ce que je vois au cours de la messe, c’est un morceau de pain. Ce que je touche, c’est un morceau de pain. Ce que je sens c’est du vin. Ce que je goûte, c’est du vin.[8] Seule la Foi avec la grâce de Dieu, me permet de savoir que ce pain n’est plus du pain mais bien le Corps du Christ et que ce vin n’est plus du vin, qu’il  n’en a plus que l’apparence, et qu’il est bien le Sang du Christ.

 

             L’émotion théologique que j’éprouve face à l’eucharistie n’est pas sentimentale mais elle est une profonde adhésion. Que le Seigneur accepte que moi, pauvre pécheur, je puisse opérer cela, me suggère une grande émotion, dénuée de tout sentimentalisme et tout affect… La messe est un acte de foi, d’adhésion libre, aimante et volontaire à ce qui me dépasse. Parce que je fais confiance au Christ et à l’Eglise, parce qu’au fond de moi, Dieu m’a donné cette capacité à croire, je sais que réellement, une fois que j’ai dit « Ceci est mon corps », le morceau de pain est devenu le Corps du Christ. Quand la forme ancienne du rite romain demande au prêtre d’accomplir une génuflexion à la suite de la consécration, elle indique cette adhésion et la présence réelle de Quelqu’un de plus grand que moi.

 

            Ô Vierge Marie, Mère du Bel Amour, étreins sur ton Cœur Immaculé, tous nos fils et filles de la nation, mais aussi tout le peuple de France. Conduis-nous tous à la pleine conscience de l’Amour fou de Dieu pour chacun.

            Que les aumôniers militaires soient inspirés par l’Esprit-Saint, afin que, par leur simple présence et écoute sincère, ils donnent l’envie au plus grand nombre, de recevoir l’Eucharistie et d’y découvrir l’intimité avec Dieu.

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Prenez et mangez

 

Demeurez en moi, comme je demeure en vous,

Qui demeure en mon amour, Celui-là portera du fruit

Comme Dieu, mon Père, Ainsi je vous ai aimés,

Gardez mes paroles, Vous recevrez ma joie.

 

Prenez et mangez, ceci est mon corps, Prenez et buvez, voici mon sang !

Ouvrez vos cœurs ! Vous ne serez plus jamais seuls : je vous donne la vie !

 

 

 

 

Prière pour la France

 

 

Notre Père qui es aux cieux, nous consacrons Notre pays bien-aimé, la France à la Royauté et à la Seigneurie du Christ Jésus. Nous Te demandons de renouveler notre Patrie dans la Puissance de l’Esprit-Saint afin que tous les Français fléchissent le genou et proclament du cœur et des lèvres que Jésus-Christ est Seigneur !

 

 

Nous te prions de revêtir nos chefs politiques de la Sagesse et de la Science qui viennent de Toi, pour gouverner ce pays selon ta Souveraine Volonté afin que la France prospère dans la Justice et dans la Paix, dans l’Amour et la Vérité jusqu’au Jour où Jésus soit reconnu vraiment le Seigneur.

Nous nous engageons à une Alliance de Prière et de Témoignage afin que toutes puissances de ténèbres soient vaincues et que l’Ennemi de Dieu, Satan, soit subjugué.

 

 

Que Jésus-Christ soit le Seigneur de chaque Mairie, de chaque Paroisse, de chaque Diocèse, de chaque Université, de chaque Ecole, de chaque Cour de Justice, de chaque Hôpital, de chaque Clinique, de chaque Caserne, de chaque Camp Militaire, de chaque Maison de France jusqu’au jour de Son Glorieux Avènement.

 

 

 

AMEN.

 

 

+++

 

 

 

Ne les oublions pas

 

SUICIDES DANS LA POLICE

 

 

            Au terme d’un mois de janvier noir marqué par douze suicides dans ses rangs, la police cherche à anticiper les passages à l’acte en développant son réseau de « sentinelles », des policiers formés pour repérer leurs collègues fragilisés.

 

Mickaël H., 50 ans, brigadier-chef à la Police aux frontières (PAF) de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, s’est donné la mort dimanche dernier dans son pavillon de Saint-Martin-Longueau (Oise). Il est le dernier de la liste déjà longue des policiers qui ont mis fin à leurs jours depuis le début de l’année.

 

            Douze au total : onze hommes et une femme. Deux de plus qu’en janvier de 2019, dernière année noire dans l’institution avec 59 suicides. En moyenne, de 30 et 60 fonctionnaires de police mettent fin à leurs jours chaque année.

 

« On est le punching-ball de la société » : 24 heures dans la vie des flics

 

            Le directeur général de la police nationale (DGPN), Frédéric Veaux, « impliqué pour que les choses changent » selon un acteur du dossier, a réuni le 20 janvier, syndicats, mutuelles et associations spécialisées. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin doit les recevoir à son tour ce vendredi en fin de journée. Une décision a déjà été prise : accélérer le déploiement des « sentinelles », des policiers formés à la détection des signaux faibles et des difficultés de leurs collègues.

 

            « Cela peut être quelqu’un qui va être plus discret, un peu plus négligé, fatigué, qui va perdre du poids, être cynique et faire des allusions à des intentions suicidaires ou avoir des retards inhabituels », détaille à l’AFP une de ces « sentinelles ».

 

Un exemple concluant au Canada

 

            Une première phase expérimentale a permis d’en former 41 en 2021 dans des commissariats, à la police aux frontières (PAF) ou dans des centres de rétention administrative. L’objectif est de disposer d’un vivier de près de 2 000 de ces policiers fin 2022.

 

            « Aidantes par nature », ces personnes sont choisies parce qu’elles occupent un « rôle visible », « au cœur » de leur service, « soit au secrétariat, soit parce qu’elles sont chefs d’une brigade, soit parce qu’elles font partie des plus anciens », précise la « sentinelle ».

 

Que tous nos défunts soldats, pompiers, policiers, etc… soient portés par les Anges vers leur nouvelle mission : Qu’ils prennent force et lumière pour s’élever vers le Chemin qui mène au Père ! Et que tous nos fidèles trépassés reposent en paix.  

 

« Oui, je me lèverai et j’irai vers le Père ! »

 

 

Merci pour ceux qui le peuvent, de nous informer des décès intervenus lors des dernières semaines.

 

 

 

 

MB Blanc
Fondatrice des Chapelles Vivantes
 


[1] Christian Venard « Un prêtre à la guerre » - le témoignage d’un aumônier parachutiste   - Tallandier -

 

[2] Moment liturgique consacré à la purification avant la consécration de l’hostie et du vin.

[3] Matière composite résistant aux projectiles

[4] Post traumatic stress disorder.

[5] Adolf Eichmann (1906- 1962), officier de la SS allemande, fut un des principaux artisans de la déportation des Juifs d’Europe. Lors de son procès à Jérusalem, il fonda sa ligne de défense sur l’obéissance aux ordres. Condamné à mort, il fut pendu.

[6] Article 4 du Code du soldat (1999) : « Il obéit aux ordres dans le respect des lois et des conventions internationales. »

[7] Mt 26, 39

[8] L’Eglise affirme qu’au cours de la messe, lors de la consécration eucharistique, le pain et le vin deviennent réellement le corps et le sang du Christ.



01/03/2022
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 55 autres membres