SOS Saint Joseph

SOS Saint Joseph

Chapelles vivantes - janvier 2021

RIP 

 

Nous devons déplorer, outre la mort de trois gendarmes de façon invraisemblable, celle de trois soldats. Le lundi 28 décembre 2020, au cours d’une mission d’escorte de convoi, le BCH Tanerii MAURI, le 1 CL Quentin PAUCHET et le 1 CL Dorian ISSAKHANIAN du 1er Régiment de chasseurs de Thierville-sur-Meuse sont décédés lorsque leur véhicule blindé léger a été touché par l’explosion d’un engin explosif improvisé.

Confions également le SGT Yvonne Huynh et le BRI Loïc Risser morts pour la France !

 

NOTRE-DAME de PONTMAIN : la MADONE de la France en péril

 

            « En 1871, à Pontmain, Marie confirme aux enfants que leur supplique est agréée par son Fils et que la décision de Celui-ci d’exaucer leur prière est prise ici et maintenant… Les termes de cette décision seront appliqués dans leur temporalité … EN PEU DE TEMPS.

            Le matin même du jour où Marie intervient, le général allemand Voitgts-Rhetz dit à l’évêque du Mans : « Ce soir mes troupes sont à Laval. Elles ont reçu l’ordre de prendre la ville pour le lendemain ». Laval est sans grande défense, malgré l’arrivée de Chanzy et ne peut résister… Mais dans la nuit du 17 au 18, le prince Frédéric-Charles donne contrordre ; le général Karl Johann Von Schmidt reçoit l’ordre de se rendre sur la Seine au lieu de pénétrer dans Laval. Ce brusque changement de tactique injustifié, arrêt véritable de la poursuite de l’invasion, fera dire au général Von Schmidt : « C’est fini, nous n’irons pas plus loin, là-bas du côté de la Bretagne une Dame invisible nous a barré la route ».

            Le lendemain a lieu à saint Melaine, à 2km de Laval, les derniers combats qui se terminent à l’avantage de l’armée française. Le 20 janvier, les troupes allemandes commencent à évacuer la Mayenne. Le 28, l’armistice est signé…

            C’est la promesse de Marie aux postulants de la prière : POUR CEUX QUI VEULENT BIEN SE DEPLACER SUR CE LIEU DE PONTMAIN (1ère condition) pour PRIER, (2ème condition) qu’ici et maintenant, son Fils décide toujours de les exaucer, avec le même empressement… EN PEU DE TEMPS… »

 

            Combien de fois, la  Vierge Marie n’est-elle pas venue au secours de la France : car la France a été choisie pour être « Fille–ainée de l’Eglise », et doit remplir sa mission divine et entraîner dans cette lignée toutes les nations de la terre. Lorsqu’elle se détourne de cette voie, elle attire toute sorte de châtiments et de fléaux… Mais tout peut changer, si les hommes  décident de revenir à Dieu d’un cœur contrit.

            Notre rôle de « veilleurs » sur tous nos membres de sécurité et de défense de France et sur l’âme de la France nous conduit à suivre les demandes de notre Mère du Ciel, car Elle-même va sauver encore la France de la boue dans laquelle elle se traîne…

Mais pour cela suivons les pas des petits enfants de Pontmain et de cette paroisse qui, depuis l’arrivée du curé, l’abbé Michel Guérin, dans chaque famille, le chapelet est prié quotidiennement. Et dans son église, chaque jour, le rendez-vous de la prière à Marie est tenu et respecté. Ainsi faisant, Pontmain a semé sur ses terres pour recueillir la grâce. Et la grâce et la Miséricorde de Dieu étant immense, ces bénédictions ne s’arrêtent pas…

            A nous tous, par notre ferveur, notre  confiance en Dieu, notre prière quotidienne, nos visites au Saint Sacrement, notre désir profond de faire couler sur ce monde de grandes bénédictions, contaminons tous nos proches, ou autres frères et sœurs dans la nuit ! Ramenons-les vers cette Lumière qui ne faiblit jamais… Louons notre Dieu !

 

Aujourd’hui dans notre monde

 

1- Aujourd’hui dans notre monde le Verbe est né

Pour parler du Père aux hommes qu’Il a tant aimés.

Et, le Ciel nous apprend le grand mystère :

Gloire à Dieu et paix sur terre, alléluia !

 

2- Aujourd’hui dans nos ténèbres le Christ a lui

Pour ouvrir les yeux des hommes qui sont dans la nuit.

L’univers est baigné de sa lumière :

Gloire à Dieu et paix sur terre, alléluia !

 

3- Aujourd’hui dans notre mort a paru la Vie

Pour changer le cœur des hommes qui sont endurcis,

Et l’amour est plus fort que nos misères :

 

Gloire à Dieu et paix sur terre, alléluia !

 

 Pontmain.jpg

 

Chapelet à Notre-Dame de Pontmain

 

 

Mystères joyeux

1 « Je crois en Dieu », 1 « Notre-Père », 3 « Je vous salue Marie », 1 « Gloire au Père »

 

Premier Mystère Joyeux : L’annonciation

 

            « L’Ange Gabriel fut envoyé par Dieu à une vierge… et le nom de la vierge était Marie. L’Ange entra chez elle et lui dit : « Réjouis-toi, pleine de grâce, le Seigneur est avec toi. » A cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation… Marie dit alors : « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole ! » Et l’ange la quitta. (Luc : 1, 26-30 ; 38)

 

            Marie, tu es transparente à la lumière de l’Esprit et disponible à la volonté de Dieu. Ton cœur est ouvert à Dieu et tu acceptes de te lancer dans sa grande aventure : celle de donner la paix au monde.

 

Apparitions de Pontmain

            « Ce soir, deux enfants, Eugène et Joseph Barbedette, aident leur père, dans la grange, à piler les ajoncs pour la nourriture de la jument. La nuit est tombée. Il est environ 17h30. Jeannette Détais, une vieille femme vient donner quelques nouvelles qu’elle a pu glaner un peu plus loin près des fuyards de l’armée de la Loire en déroute. Eugène profite de l’arrêt de travail pour sortir à la porte « voir le temps ».

            Et, voilà que tout à coup, en plein ciel, au-dessus de la maison d’en face, il voit une « Belle dame » qui tend les bras comme dans un geste d’accueil et qui lui sourit. Elle est vêtue d’une robe bleue semée d’étoiles d’or. Sur la tête, elle a un voile noir surmonté d’une couronne d’or avec un liseré rouge au milieu. Aux pieds elle porte des chaussons bleus avec une boucle d’or. Elle est au milieu d’un triangle formé de trois grosses étoiles. L’enfant sourit à la Belle Dame. Ce sourire sera le seul dialogue car, de toute l’apparition, la Belle Dame ne dira pas un seul mot. Le jeune frère Joseph, venu à la porte, voit aussi la « Belle Dame » tandis que les grandes personnes ne voient rien sinon les trois étoiles.

            Ces enfants, aussi, vivent une annonciation !

 

            Notre-Dame de Pontmain qui a tellement su donner ton « Fiat » à la volonté de Dieu, que les familles de tous nos membres de services de sécurité et de défense de France et toutes les familles ne se laissent pas prendre aux pièges liés au confinement mais gardent le vrai discernement. Qu’elles réapprennent à crier vers le Ciel, car Dieu lui-même vient à notre secours, car comme dit le psalmiste : « Mieux vaut s’appuyer sur le Seigneur que de compter sur les hommes ; mieux vaut s’appuyer sur le Seigneur que de compter sur les puissants ».  (Ps 117, 8-9)

            Que les familles soient des lieux de communion et des cénacles de prière, des écoles authentiques de l’Evangile et qu’ainsi la vocation de la Famille ressuscite et soit de nouveau révélée à tous.

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Souffle imprévisible

 

Souffle imprévisible, Esprit de Dieu. Vent qui fait revivre, Esprit de Dieu,

Souffle de tempête, Esprit de Dieu. Ouvre nos fenêtres, Esprit de Dieu !

Esprit de vérité, Brise du Seigneur,

Esprit de liberté, passe dans nos cœurs ! (bis)

 

Deuxième Mystère Joyeux : La visitation

 

            « Marie partit… Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Elisabeth. Or, quand Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle… » (Luc 1, 40-41)

            Marie n’hésite pas un instant – bien qu’elle soit enceinte – poussée par l’Esprit-Saint, elle porte Jésus à Jean-Baptiste. L’Esprit-Saint va alors s’exprimer à travers la parole des deux femmes. Marie, voyant sa cousine Elisabeth, enceinte, réalise pleinement que la parole de l’Ange est en train de s’accomplir.

 

 Apparitions de Pontmain

            Victoire, leur mère, ne verra rien non plus, malgré qu’elle soit retournée à la maison chercher ses lunettes. Elle se rend à l’école demander à sœur Vitaline de venir devant la grange. Ne voyant que les étoiles, la sœur retourne à l’école et en revient avec une autre sœur, Marie-Edouard et trois petites pensionnaires.

            A leur arrivée, les deux plus jeunes, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé s’écrient : « Oh ! La belle Dame ! Qu’elle est belle ! »… Ils la décrivent à leur tour. Sœur Marie-Edouard s’en va prévenir M. Le curé tandis que sœur Vitaline commence à prier avec les gens qui accourent de plus en plus nombreux. « M. le curé, dit sœur Marie-Edouard depuis la porte du presbytère, venez vite chez les Barbedette, il y a un prodige : les enfants voient la Sainte Vierge ! »

 

            Comme une mèche qui s’enflamme et court avec le vent, la nouvelle est portée spontanément et soudainement pour aller toucher tout le village. Marie passe par les petits enfants, dont l’innocence et la pureté attirent la grâce pour finalement aller rejoindre tous les pécheurs. L’Esprit-Saint souffle en puissance sur ce hameau.

 

            Notre-Dame de Pontmain, que notre monde tourné vers l’individualisme forcené ne privilégiant qu’une inclination à la conservation de leur être propre, ouvre les yeux et réagisse. Que toutes les familles de militaires, policiers, etc… ainsi que le peuple de France tout entier, sachent prendre le recul nécessaire pour évaluer en vérité la gravité de l’épidémie et savoir discerner les vraies finalités de l’existence humaine sans crainte. Qu’ils n’hésitent pas à rechercher plus que jamais  l’amitié, les relations fondées sur la gratuité du don, ainsi que la connaissance de la Vérité : Dieu, révélé aux hommes. Qu’ils apprennent aussi à voir les signes de Dieu dans leur vie de chaque jour.

            Notre-Dame de Pontmain, dans ce contexte de crise multiforme, que Dieu Lui-même revienne délivrer son peuple. Notre-Dame de Pontmain, préservez les petits enfants du mal.

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Ecoute, écoute

 

Ecoute, écoute, surtout ne fais pas de bruit,

On marche sur la route, on marche dans la nuit.

Ecoute, écoute, les pas du Seigneur vers toi,

Il marche sur ta route, il marche près de toi.

 

Ils ont laissé leurs cris de guerre, pour des chansons de paix,

Ils ont laissé leur bout de terre pour habiter la paix.

 

Troisième Mystère Joyeux : La naissance de Jésus

 

« Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. » (Jean : 1, 14)

            Prodige des prodiges, Dieu s’incarne et devient homme pour conduire au salut tous les hommes! Lui, le Tout-Puissant se fait le plus humble et naît sous le tissu de la pauvreté, alors qu’il est le Roi de l’univers ! Savons-nous l’accueillir dans notre monde si matérialiste où l’orgueil des hommes cherche à remplacer Dieu !

 

Apparitions de Pontmain

            Lorsqu’il arrive au milieu de ses paroissiens, les enfants, que l’on avait séparés pour éviter qu’ils puissent communiquer entre eux, s’écrient : « V’là d’qué qui s’fait ! » (Voilà quelque chose qui se fait) et ils décrivent un grand ovale bleu qui est venu entourer la Belle Dame. A l’intérieur quatre bobèches sont fixées portant quatre bougies éteintes. Ces bougies rappellent celles que l’abbé Guérin allumait sur l’autel de la Sainte Vierge depuis le 8 décembre 1854 à tous les offices de la paroisse. En même temps apparaît une petite croix rouge sur la robe, à l’endroit du cœur.

            Et puis, voilà que l’attention se relâche. On commence à parler, à discuter et la Belle Dame devient triste. : « V’là qu’elle tombe en humilité » dit Eugène. « Prions » ajoute le Curé. Sœur Marie-Edouard commence le chapelet. Aussitôt, la Dame sourit à nouveau.

 

            Notre-Dame de Pontmain enseigne à tous nos membres de sécurité et de défense et à leurs familles qu’au-delà des turbulences de ce monde, le ciel est présent à leur côté chaque jour de leur vie. Qu’une Foi vive permette leur prise conscience et les transfigure, faisant deux : des êtres libres !   Notre-Dame de Pontmain  ouvre leur cœur à ce cadeau de la Foi.

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Ô prends mon âme

Du mal perfide, Ô garde moi, Sois seul mon guide, chef de ma Foi,

Quand la nuit voile, tout à mes yeux, Sois mon étoile, brille des cieux.

 

Source de vie, de Paix, d’Amour, Vers Toi je crie, la nuit, le jour,

Guide mon âme, sois mon soutien, Remplis ma vie, Toi mon seul bien.

 

Quatrième Mystère Joyeux : Jésus est présenté au temple

 

« … Ils portèrent l’enfant à Jérusalem pour le présenter au Seigneur…  » (Luc2, 22)

            Dieu premier servi… Joseph et Marie viennent au temple présenter l’Enfant Jésus au Seigneur. Joseph et Marie sont pourtant purs et remplis de l’Esprit mais, eux-mêmes se soumettent ainsi à la Loi de Moïse.

            Nous, pécheurs avons besoin de nous purifier, et, ô combien implorer le ciel pour gravir les marches de cette purification…

            Les apparitions de Pontmain, à travers les prières faites par les petits enfants et les paroissiens autour de l’abbé Guérin montrent combien, nous pouvons changer la face du monde en gardant le contact avec Dieu, et plus précisément en invoquant notre Mère du Ciel. Elle-même selon notre manière de prier et le choix des prières et des chants, manifeste le fruit de nos actes spirituels.

 

Apparitions de Pontmain

            Au rythme des Ave Maria, la Dame grandit lentement. L’ovale grandit dans les mêmes proportions et les toiles se multiplient sur sa robe et autour d’elle. On chante le Magnificat… Une grande banderole vient alors se dérouler entre le bas de l’ovale et le toit de la maison… A la fin des litanies, les enfants peuvent lire une première ligne se terminant par un gros point :

 

MAIS PRIEZ MES ENFANTS DIEU VOUS EXAUCERA EN PEU DE TEMPS.

 

            Au début de l’Inviolata qui va suivre, des lettres commencent une seconde ligne : MON. Au moment où l’on chante ’O Mater alma Christi carissima’, le mot FILS vient s’inscrire à la suite. C’est alors un cri de joie général : « C’est  Elle ! C’est bien Elle ! C’est la Sainte Vierge ! » Pendant que l’on termine l’Inviolata et que l’on chante le Salve Regina, le message continue et se termine :

 

MON FILS SE LAISSE TOUCHER

 

« Chantons notre cantique à Marie » dit alors M. le curé. Et les paroles s’élèvent joyeuses vers le ciel :

« Mère de l’espérance dont le nom est si doux

Protégez notre France. Priez, priez pour nous »

 

            Notre-Dame de Pontmain réveille le peuple de France afin que toutes les générations redécouvrent ce lien filial avec Dieu au travers une prière dite avec le cœur. Raffermis les consciences et que l’esprit de louange revisite les cœurs et fasse de nos armées, des âmes sanctifiées, soldats du Christ.

           

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

 

Ave Marie, sois notre secours

Entends nos prières et prie Dieu pour nous

 

Cinquième Mystère Joyeux : Jésus est retrouvé au temple

 

« Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne savez-vous pas que je me dois aux affaires de mon père ? » (Luc 2, 49)

            La venue de Jésus sur terre est d’abord de rendre gloire à son Divin Père du Ciel et d’accomplir la mission à laquelle il s’est engagé : après le péché originel, œuvrer pour le rachat de tous les hommes et la réconciliation avec le Père Eternel.

            Lors des apparitions de Pontmain, Marie vient offrir son sourire, mais rappeler la souffrance indicible de Son Fils pour gagner le salut des hommes. Par cette manifestation, elle invite chacun à ne jamais oublier le prix du salut. Discrètement, elle nous montre comment par la prière fidèle et l’union à son Fils par la méditation de sa passion, ramène tant de grâce…

 

Apparitions de Pontmain

            Suit un autre cantique « Mon doux Jésus » avec le refrain « Parce domine, parce populo tuo ». Les enfants joyeux jusque-là, deviennent subitement tout tristes. C’est que la vierge elle aussi est devenue toute triste. Elle ne pleure pas mais un frémissement  au coin des lèvres marque l’intensité de sa douleur. « Jamais on n’a vu une pareille tristesse sur un visage humain » disent les enfants.

            C’est alors qu’une croix rouge vif apparaît devant la Vierge. Sur la croix, Jésus, d’un rouge plus foncé. Au sommet de la croix, sur une traverse blanche, est écrit : JESUS-CHRIST. La Vierge prend la croix à deux mains et la présente aux enfants pendant qu’une petite étoile vient allumer les quatre bougies de l’ovale avant d’aller se placer au-dessus de la tête de la Vierge. La foule prie en silence et beaucoup pleurent.

            Puis sœur Marie-Edouard chante l’Ave Maris Stella. Le crucifix rouge disparaît et la Vierge reprend l’attitude du début. Le sourire « un sourire plus grave » revient sur ses lèvres et une petite croix blanche apparaît sur chacune de ses épaules. Il est 20h30.

            « Mes chers amis, dit M. le curé, nous allons faire tous ensemble la prière du soir… Mettons-nous en présence de Dieu et adorons-le ». Tout le monde se met à genoux, là où il est, qui dans la neige, qui, dans la grange… Les enfants signalent la présence d’un voile blanc qui vient d’apparaître aux pieds de la Vierge et qui monte lentement en la cachant à leurs yeux. Le voile arrive à hauteur de la couronne, s’arrête un instant et, brusquement, tout disparaît : le voile, la couronne, l’ovale, les bougies et les trois étoiles…

 

            Notre-Dame de Pontmain, Toi qui as si bien démontré à l’occasion de cette apparition comment toucher le cœur de ton Fils, fais qu’une Foi vive rejaillisse sur l’âme de la France.

            Que tous nos membres de sécurité et de défense et leurs familles, avec le peuple de France, réapprennent le sens de la Croix, sans laquelle aucun salut n’est possible.

 

1« Notre Père », 10 « Je vous salue Marie » et 1 « Gloire au Père ».  Ô mon Jésus, pardonnez-nous nos offenses, préservez-nous du feu de l’enfer et conduisez au Ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de votre Miséricorde. Et que par la Miséricorde de Dieu, que les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

Mère de l’Espérance[1]

 

R./ Mère de l’Espérance,
Dont le nom est si doux
Protégez notre France.
Priez, priez pour nous! (bis)

 

Souvenez-vous, Marie,
Qu’un de nos Souverains
Remit notre Patrie
En vos augustes mains.

 

La crainte et la tristesse
Ont gagné notre cœur.
Rendez-nous l’allégresse,
La paix et le bonheur.

 

Vous calmez les orages,
Vous commandez aux flots,
Vous guidez au rivage
Les pauvres matelots.

 

De la rive éternelle,
Secondez nos efforts;
Guidez notre nacelle
Vers les célestes ports.

 

En ces jours de souffrances
Sauvez-nous du danger;
Épargnez à la France
Le joug de l’étranger.

 

Des mères en alarmes
Raffermissez les cœurs;
Venez sécher leurs larmes,
ô Mère des douleurs !

 

Au chemin de la gloire,
Conduisez nos soldats
Donnez-leur la victoire
Au jour des saints combats.

 

Et si, pour la Patrie,
Bravant les coups du sort
Ils vont donner leur vie,
Ah ! Couronnez leur mort !

 

 

            Les Prussiens qui devaient prendre Laval ce soir-là n’y sont pas entrés. Le lendemain, ils se sont repliés. L’armistice est signé le 25 janvier. Les 38 jeunes e Pontmain reviennent tous sains et saufs.

            Le 2 février 1872, après l’enquête et le procès canonique, Mgr Wicart, évêque de Laval publie un mandement dans lequel il déclare : « Nous jugeons que l’Immaculée Vierge Marie, Mère de Dieu, a véritablement apparu le 17 janvier 1871 à Eugène Barbelette, Joseph Barbelette, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé dans le hameau de Pontmain ».

 



[1]              Le cantique « Mère de l’Espérance » composé initialement par Monsieur le chanoine Prud’homme fut adopté dans la paroisse de Pontmain : il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il fut au programme des prières entonnées par les paroissiens pendant le temps l’apparition. Or c’est à ce chant, écrira plus tard Joseph Barbedette, que « la Très sainte Vierge devait réserver son plus beau sourire de toute l’apparition ».
                Elevant les mains à hauteur des épaules, elle se mit à remuer les doigts, paraissant accompagner le chant avec une extrême délicatesse. Elle était radieuse. Aussi la joie des enfants devint-elle à ce moment-là exubérante : « Voilà qu’Elle rit, voilà qu’Elle rit ! » disaient-ils, « Oh ! qu’elle est belle ! Oh ! qu’elle est belle ! »

 



02/01/2021
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres